Rénover les espaces collaboratifs I

Nous ne voulons pas clôturer l’année sans un numéro spécial à l’un des partenariats qui nous a apporté le plus d’enseignements en termes de collaboration et de co-création. 

Nous voulons parler de la rénovation des installations de l’université HUHEZI, pour laquelle nous avons fait partie, avec l’agence BESTE Arkitektura, de l’équipe chargée de doter les espaces de l’université de nouvelles fonctionnalités. 

Nous avons voulu retransmettre les opinions des architectes pour comprendre leur point de vue et leur façon de penser au moment d’exécuter la transformation de cet endroit. 

Le point de départ consiste à implanter une méthodologie qui implique toutes les personnes concernées et qui, en même temps, permet le passage à une forme d’évaluation différente du projet.

 

null 

 

Diagnostic partagé

« L’architecture n’ ʺapparaît pasʺ tant qu’une communauté n’a pas réellement intériorisé sa nécessité.Par conséquent, le processus de diagnostic partagé qui a démarré en 2017 au sein de la communauté du campus de Huhezi a été indispensable pour arriver au résultat architectural final. 

L’architecture commence à se développer à partir d’un lieu de confiance, en laissant de côté les idées reçues et sans tomber dans des discussions stylistiques qui provoquent généralement un autre type de processus participatifs qui se limitent à entrebâiller la porte à l’opinion des personnes pour que celles-ci choisissent tel ou tel résultat esthétique. »

- Beste Arkitektura -

 

null


Modèle participatif

La particularité de ce projet réside dans le modèle participatif, dans lequel chaque individu a la parole pour donner une forme et un sens à chaque élément constitutif du projet. 

Les architectes nous donnent ainsi leur opinion sur le développement de cette modalité et nous élargissent leur perspective sur d’autres projets futurs qui seront exécutés suivant la même approche.

 

null 

 

« Le modèle participatif mis en œuvre à Huhezi est entièrement transférable à tout autre projet où l’impact sur une communauté sera déterminant.  

La communauté qui habite Huhezi est familiarisée avec la coopération et le travail partagé, c’est pourquoi le processus a été fluide, enrichissant et didactique pour toutes les parties.

Ces modèles de diagnostic partagé font croître chez les personnes des sentiments d’appartenance à l’architecture qui ʺapparaîtʺ à la fin du processus et c'est cela même qui émeut le plus l’architecte, plus qu’une image ou un résultat plus ou moins visible.

L’édifice que nous pouvons visiter aujourd’hui réunit le récit construit collectivement et l’architecture répond en montrant ses parties les plus crues et les plus adaptables, ses espaces les plus domestiqués ou leur porosité en regard de ce qui se passe hors de l’édifice. »

- Beste Arkitektura -

 

null 

 

Notre rôle

Au-delà de l’architecture, notre rôle en tant que fabricants de meubles pour collectivités était transcendant et aurait été impossible sans la compréhension du principal objectif de la rénovation de l’espace architectural.  

« En utilisant le mobilier d’Akaba, l’idée était de doter d’un certain degré de sophistication les éléments-meubles de l’édifice.  

L’édifice apparaît sous un aspect assez « cru » dans une grande partie de ses espaces intérieurs.  Nous avons pensé (et nous continuons de le penser) que le mobilier proposé par Akabacadrait parfaitement avec l’idée d’ambivalence d’utilisations que réclamait le nouvel édifice. » 

 - Beste Arkitektura -

 

null 

 

Nous sommes énormément satisfaits de pouvoir participer à ce type de transformations, où il se produit un impact positif sur les personnes et où les idées vont au-delà de ce qui est préétabli. 

Ceci n’est qu’une première partie de l’expérience récoltée dans ce projet, ne perdez pas la deuxième partie de ce numéro spécial, dans laquelle les architectes nous révèlent leur facette la plus personnelle et nous racontent les enseignements obtenus durant l’exécution du projet.